Piscine du Petit-Port, Nantes, dix ans après

#TechSolutions #Piscinededemain


"Le PVC au fond du bassin (garanti 20 ans) n’a pas bougé depuis 2007, les plaques inox non plus."


C'est le constat de Yann Le Dreff, chef de l’établissement

géré par le GIE Nantes Gestion Equipements, reconstruit en 2007 en R+1, après une vingtaine d’années d’exploitation marquées par des inondations hivernales annuelles des locaux techniques dues à la crue des trois rivières avoisinantes.



Yann Le Dreff, chef de l’établissement


La précision et la couleur de l’eau


« C’est Jean-Louis Berthomieu, l’architecte (BBM Architectes, Nantes) en charge de la reconstruction, qui nous a parlé du procédé de Myrtha Pools. » Ce dernier confirme : « Nous avons été parmi les premiers à les prescrire en France. Nous avons réalisé une dizaine de piscines, depuis, dont celles de Cannes (50m), Combourg et Quiberon. Le process industriel

est très intéressant, les éléments arrivent sur mesure ; et le fait de mettre de la précision dans notre architecture nous a séduits. Avec Myrtha Pools, on est au dixième de millimètre près. Nous ne les prescrivons pas partout, ça dépend du donneur d’ordre, du budget et de la concurrence – un bassin Myrtha Pools est moins cher que l’inox chaudronné mais plus cher que du béton carrelé, qui nécessite une rénovation régulière des joints. Autre atout : la capacité à recevoir, dans le temps, des équipements sur les parois (plus facile de découper de l’inox que de percer du béton avec un marteau-piqueur). Enfin, la couleur de l’eau en couvert et sans éclairage artificiel est digne de celle d’un bassin carrelé en blanc… »


« Ma seule interrogation concernait le PVC »

Yann Le Dreff demande alors à voir, et se rend à l’usine, à Milan. « J’ai été surpris par le niveau de qualité des produits : goulottes bien finies, échelles intégrées dans les parois, buses de nage ou éclairages qui s’ajoutent aisément. J’ai apprécié la souplesse, la rapidité, l’innovation et le procédé maîtrisé. Ma seule interrogation concernait le PVC : ils nous l’ont montré, nous avons essayé de le maltraiter, de le déchirer, rien à faire ! Et ce qui a fini de me convaincre, c’est ce matelas spécial softwalk en dessous, un tapis de fils entrelacés d’1 cm d’épaisseur qui rend le fond souple ; c’est très agréable et pas froid comme le carrelage, les enfants s’allongent dessus. À l’époque, ce n’était pas plus cher qu’un bassin béton carrelé, ils avaient de l’expérience à l’étranger sur des bassins olympiques… Nous les avons choisis.»





De bons retours des usagers


Les trois bassins ont donc été recréés par MyrthaPools (plaques inox polymérisées vissées entre elles pour les parois, et fond recouvert de PVC armé de fibres de verre de grande dureté – résistant aux UV et à l’eau chlorée –, le tout sur une chappe de béton). Et l'établissement jouit d'un contrat de maintenance annuel afin de vérifier les thermosoudures. Yann Le Dreff confirme de très bons retours du public (310 000 entrées par an), qui bénéficie également, sur le même site, d’une patinoire et de salles sportives polyvalentes.


Piscine-nantes.fr

EN SAVOIR PLUS MYRTHAPOOLS.COM

56 vues

Quand trois acteurs historiques d’un marché
dynamique mettent leur savoir-faire en commun,

ça donne des résultats extraordinaires...

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • Twitter - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • viadeo-blanc

© 2018 - Tech'Solutions